MENU

2éme Weekend vélo "l'Agence tous risques"

29 Mars 2015

Déjà le deuxième week-end vélo ! Et revoilà les routes d'Ardèche avec leur temps de printemps au soleil généreux et aux rayons bien chauds qui nous prodiguent cette douce lumière chargée d'énergie. Franchement, il fallait y croire, au soleil, avec cette neige qui n'en finit pas et le thermomètre qui s'amuse sur les montagnes russes...
 
Et encore une fois, Annie et Jean Pierre, décidément champions de l'organisation et du suspens météo, sont au rendez-vous pour nous faire vivre un week-end « particulier ».
 
 
Et comme on ne change pas un bon timing :
 
7h45 : rendez-vous sur le parking de la piscine
7h55 : tout le monde est là (sauf le coach, parti en éclaireur avec Cathy)
8H00 : Deux camions, un pick-up et le « monstre-truck » d'Isa, tous pleins à craquer
8H10 : Contact
8H15 : On décolle, direction Casteljau, sans escale.
 
 
 
Une traversée du plateau entre ciel et terre, au milieu des nuages lourds et si bas qu'ils laissent à penser que cet hiver ne veut pas mourir. Nous ne verrons pas les belles neiges des Alpes ce matin et nos yeux seront mouillés de quelques gouttes de pluie tombées d'un ciel trop triste pour les retenir. Mauvais présage... Bon, ça, c'était pour le quart d'heure poétique, parce que pour le reste du week-end, on va plutôt faire dans le genre « gore » !
 
A Mezilhac après le virage et avant la descente sur Vals, le soleil qui perce au loin sous les nuages rassure les passagers et redonne le sourire à tout le monde. Je vous l'avais bien dit, les rois du suspens les MASSE ! Toujours pas d'arrêt à Labégude et on tire directement sur Casteljau.
 
10h20 : Atterrissage au camping. Ah tient... ! Bonjour le coach. Sympa d'avoir récupéré les clefs et ouverts les chalets. Merci Roger. Allez hop, on descend les vélos et le barda, direction les chalets. Alain « of Manosque » qui n'a pas pu résister, a revendu sa place de concert pour le samedi soir et vient s'en mettre plein les jambes avec nous (vraiment des grands malades ces triathlètes...).
11h30 : rendez-vous pour la première sortie. La petite boucle du matin pour se dégourdir les jambes, genre 40 kms qui finissent en... oui, bon... on connaît la musique et on part pour 50/60 kms et puis c'est tout.
Le groupe 1 avec Roger et les jeunes part en tête. Le groupe 2 avec Serge, les autres jeunes et les adultes costauds. Le groupe 3 avec les moins costauds et les anciens ferme la marche. Le temps est parfait même si le fond de l'air est frais. Les gants et la veste ne sont vraiment pas de trop !
 
14h00 : tout le monde est rentré et on sort les tables pour un repas à l'extérieur bien qu'un peu venté.
 
16h30 : départ pour la sortie de l'après midi.
Tout le monde est groupé en peloton à la sortie du camping et Roger peine à mettre de l'ordre dans tout ce bazar. Hou la la … Lydwine a oublié de gonfler ses pneus ! Pas de problème, Serge répare le coup avec sa pompe « exotique » (pour ceux qui l'ont utilisée, ils savent de quoi je parle. Pour les autres, il faut jouer fin et le mieux c'est d'être à deux pour l'utiliser).
 
Le groupe 1 va faire des transitions dans les vignes à coté du camping. Le reste part en un seul groupe genre « allez hop, on verra bien ! ». Et bah, c'est tout vu ! À la sortie du bois de Païolive, le groupe 2/3 a explosé. On décide sagement de faire deux groupes de niveau (et nous verrons plus loin que la sagesse du moment se transforme parfois en erreur...). Donc chacun cherche son parcours et part sur son chemin.
Le groupe 2 mené par Serge et les vieux briscards part pour 40/50 gros kilomètres. Le groupe 3 et + tourne à gauche pour aller vers, heu..., vers où ? Bah heu, par là ? Bon allez, on y va !
Et pendant que le groupe trois et + roule plein sud, Léa SABATIER, la petite nouvelle du groupe 1, oublie de tourner à gauche et perd le peloton qui redescend vers la première transition. Pas de souci, après quelques kilomètres de rab, elle recolle au groupe.
 
Pendant ce temps, Cyril qui participe à son premier week-end vélo (de toute sa vie !) s'en sort plus qu'honorablement en suivant le train du groupe 2 qui sait où il va, lui ! Et oui car pour le groupe 3, ça se corse et ça monte de plus en plus !
Faisant partie de ce groupe 3, je conseille au cycliste peu expérimenté d'éviter la montée sur Malbosc après 40 kms bien appuyés sur le plat. Au carrefour, un conseil, tournez à gauche direction Banne ! Parce qu'à moins d'avoir des cannes de feu, vous allez en baver jusqu'à Malbosc. Franchement, ça monte tout du long et l'arrivée sur le village est le pourcentage le plus élevé !
Ceci dit, la route est vraiment très belle et, en forme en début de sortie, par beau temps (donc les conditions idéales), ça doit vraiment être chouette. La route est ombragée et peu passante. Un coin de nature sauvage. Mais arrivés à Malbosc vers 18h00, c'est là que ça se corse, il faut revenir et il reste encore 30 bornes et ça ne descend pas tout du long ! Début de la galère après la descente sur Bessège et au bout du vallon qui nous ramène vers Banne. Le soleil se couche, la température descend et les jambes sont plus que lourdes. On sert les dents et tourne les pédales. Arrêt téléphone pour Christine BEYSSAC. On comprend tout de suite que quelque chose ne va pas. C'est grave, c'est sûr. Isabelle BAUDUIN partie avec le groupe 2 a fait une sortie de route et a chuté dans un ravin. Elle est en route pour l’hôpital, touchée au genou et au coude. On n'en sait pas plus. Elle est consciente, c'est déjà bien. De notre côté, la fine équipe se retrouve progressivement dans le noir et progresse avec un train de sénateur pour rentrer...péniblement. Christine qui trouve que, décidément, la nuit tombe vite par ici, vient de comprendre qu'elle roule avec ses lunettes de soleil. Elles sont à sa vue et elle n'a pas ses lunettes non teintées (bah oui, on n'avait pas vraiment prévu de rentrer à point d'heure !).
Cette affaire se finit à l'approche du bois de Païolive quand Cathy reçoit un appel de Roger qui s'inquiète un peu (il est 20h00...). Arrêt de Cathy, et sur le chemin plutôt étroit. Jean Marc OLIVIER ne parvient pas à déchausser et chute pour ne pas percuter Cathy, une délicate attention. Il sera dit que la galanterie n'est pas toujours récompensée car Jean-Marc qui souffre beaucoup de sa chute sera emmené à l’hôpital d'Aubenas à trois heures du matin (on a pris un abonnement là bas..). Diagnostic : bassin cassé !
 
Je vous avais bien dit que ça deviendrait plutôt « gore », ce week-end.
 
Bon, le groupe 3 déclenche sa balise Argos à l'approche de la route nationale qui ramène vers le bois de Païolive et attend les secours dans la nuit noire. Roger arrive et nous descendons vers le camping à la lueur des phares du Kangoo. Tout le monde est rentré, tant bien que mal, Jean-Marc et son bassin cassé dans le Kangoo. Après une bonne douche les « naufragés de Malbosc » rejoignent le reste du groupe pour le repas. Un grand merci à nos hôtes qui ont pris la peine de nous servir malgré notre retard inexcusable et qui ont préparé un plateau repas pour Jean-Marc, alité. Conclusion de l'affaire : une journée à oublier pour Isabelle et Jean-Marc, une sortie trop tardive, mal préparée pour le groupe 3 où les dégâts auraient pu être beaucoup plus graves. Franchement, pour les adultes qui composaient ce groupe et dont je fais partie, c'est pas vraiment l'exemple à donner. A méditer pour l'avenir.
 
Bon, allez, passons au repas. La famille JACON, qui truste les anniversaires, réussi le doublé avec Pierre qui fête ses 21 ans. Vont-ils tenter le triplé et nous faire un Hat Trick lors de la semaine Vélo ? Affaire à suivre...
 
Dimanche matin 8h00, Ptit déj. : Pas d'Vincent, pas de pain au chocolat ! (référence cinématographique un peu facile, je l'admets)
 
Un bon café et plein de bonnes choses pour tenir le coup. Départ 9h30. Serge fait une démonstration de changement de pneu, genre arrêt au stand d'une formule 1. Franchement, je n'ai jamais vu quelqu'un changer un pneu aussi vite ! Un peu de vent du nord et un soleil qui perce des cumulo-nimbus bien blancs et peu menaçants.
 
Le groupe 1 part pour une grosse sortie de 120 kms vers le sud pour éviter de prendre trop de vent de face. Roger, vieux renard expérimenté, en profite pour faire un ou deux panneaux avec les jeunes. La jeunesse a la fougue et l'explosivité qui se perd avec le temps, les seniors ont pour eux, l'expérience qui s'acquière au fil du temps qui passe...
Le groupe 2 toujours mené par Serge fait une sortie tranquille de 79km. Le groupe 3 décidément téméraire et un brin inconscient, remet ça du côté de Malbosc. A peine croyable, la même route mais à l'envers ! Mais l'escapade de la vieille ayant laissé des traces, pas de montée sur Malbosc. Sauf pour Kinou et Albert qui se sentent pousser des ailes et s'attaquent à la montée sur Villefort (respect !).
 
Fin de matinée, tout le monde est rentré. Tout le monde ? Heu...non. Manquent Kinou et Albert qui  ont fait un stop casse croûte à Villefort et peinent un peu à rentrer.
 
15H00. Cette fois ci, tout est là. Douche, repas et on commence à charger direction Yssingeaux. Bon, il faut ramener la voiture d'Isabelle et prévoir une place « douillette » pour Jean-Marc qui est rentré de l'hôpital vers 3h30 du matin (Un grand merci à Christine et Christine qui sur ce coup là n'ont pas joué les Dupont et Dupond en soutenant Jean-Marc de bout en bout). Isabelle est toujours hospitalisée et on organise un « chassé croisé » du diable entre Cyril alias cocoon et J-M (l'autre Jean-Marc) pour ramener le matériel, le 4x4 et Lydwine, chacun à bon port et à l'heure ! Le Tryssingeaux, jamais à cours de ressources, règle ça en deux temps et trois mouvements. Un grand merci à tous ceux qui, d'une façon ou d'une autre, ont participé au rapatriement de Lydwine et du véhicule d'Isabelle.
 
Le week-end en chiffres :
 
Groupe 1 : 65kms + Deux heures de transitions + 120 kms
Groupe 2 : 54kms + 46 kms samedi + 79 kms dimanche = 179 kms
Groupe 3 : 45kms + 60kms + 65kms : 170 kms
 
Un bassin cassé pour Jean-Marc OLIVIER
Une sortie de route sérieuse avec une opération du genou et des doigts  pour Isabelle BAUDUIN
Un groupe qui rentre dans la nuit le samedi soir.
Malgré tout, encore un week-end réussi avec beaucoup de convivialité et de solidarité, la marque de fabrique du Tryssingeaux. A très bientôt pour la semaine vélo Au camping du Taradeau avec des sorties un peu mieux préparées la veille pour les groupes adultes qui se prendront mieux en charge, s'est sûr !
 
« L’expérience est une lanterne que nous portons accrochée dans le dos et qui n'éclaire que le chemin parcouru » - Confucius.
 
* * * * * * * * *
 
Et comme il ne faut pas trop se prendre au sérieux, je ne résiste pas à vous faire part du résumé de ce week-end par notre Serge GAY international :
 
Pour Jean-Marc O. : faut pas se casser le cul
Pour Isa : faut pas jouer Superman (Women)
Pour Léa : faut pas se perdre
Pour Kinou : faut pas speeder
Pour Jean-Marc R. : faut pas râler
Pour Serge : faut arrêter de déconner
 
 
Dommage, c'était du rêve mais on réessayera en faisant mieux le prochain coup,
Serge


Les photos du weekend :

2eme Weekend vélo 2015

Tri des sucs
Tri des sucs
Trail Des Sucs
Trail Des Sucs
TryTrail
TryTrail
Tri des sucs
Tri des sucs
Trail Des Sucs
Trail Des Sucs
TryTrail
TryTrail
© 2017 / Tryssingeaux, le club de triathlon d'Yssingeaux - Tous droits réservés